Divorce, burn out, deuil, trauma lié à l’enfance… au cours d’une vie, de nombreux événements peuvent empêcher d’être en paix avec soi-même. Afin d’apaiser de façon naturelle les maux de l’esprit et de libérer les corps de la charge émotionnelle qui empêche d’aller bien, Gilles Fournil a créé au début des années 90, l’olfactothérapie. Une “méthode qui permet d’accompagner les personnes en souffrance ou en quête de sens grâce aux huiles essentielles et à leur impact psycho-émotionnel via les odeurs et les vibrations” explique Agnès Addey, praticienne en olfactothérapie et formatrice en aromathérapie.

Comment ça marche ?

L’olfactothérapie utilise le lien direct qui existe entre l’odorat et la mémoire. “L’odorat est un sens très puissant qui fait immédiatement remonter un souvenir, une sensation, une image” explique la thérapeute. Respirer des huiles essentielles (HE) ouvre une porte de l’inconscient. Les associations nées de l’olfaction mettent à jour un bonheur ou un trauma. Et parfois de façon très intense avec des réactions de rejet total de l’huile essentielle, d’inconfort voire même de crise de larmes. “L’impact sur le système émotionnel peut parfois être très fort, certaines personnes peuvent être submergées par les émotions” raconte Agnès Addey. Autre aspect de l’olfactothérapie, l’aspect vibratoire. “Comme les cristaux en lithothérapie, les huiles essentielles émettent des vibrations. On utilise ce pouvoir vibratoire, comme on utiliserait une pierre en posant par exemple le flacon d’HE fermé sur les chakras à travailler.”

Des huiles essentielles yin & yang

Au cours d’une séance, le patient respire différentes huiles essentielles et il en sélectionne deux : une qu’il aime et une qu’il n’aime pas. Elles serviront d’outils pour son travail psychocorporel. “L’huile que l’on aime est une huile qui met en confiance. Elle renforce toutes les belles ressources de la personne, elle nourrit son corps énergétique. Elle est utilisée en soutien. À l’inverse, l’HE que l’on n’aime pas est une huile que l’on doit apprivoiser car souvent elle révèle un blocage, une blessure, mais aussi une partie de nous que l’on n’aime pas. C’est une huile de transformation.”

Apaiser des maux divers

L’olfactothérapie s’adresse aux personnes en souffrance émotionnelle suite à un divorce, une maladie, des traumatismes passés… Elle contacte les causes émotionnelles et énergétiques d’un mal-être, libère des nœuds psychiques. “L’olfactothérapie est une thérapie d’accompagnement émotionnel de mieux-être. Elle s’attache à comprendre et à dénouer toutes ces raisons qui font que corps et esprit ne fonctionnent plus ensemble. C’est aussi intéressant pour soulager des difficultés de gestion émotionnelle, difficultés liées à une addiction, un épuisement professionnel, au stress…” La praticienne accompagne également des personnes avec des capacités cognitives diminuées en EPHAD ou en soins palliatifs. Mais attention, l’olfactothérapie n’est pas une médecine au sens stricte du terme, elle ne pose pas diagnostic et ne soigne pas de pathologie. “On ne soigne pas des symptômes. L’olfactothérapie est une médecine d’accompagnement, une médecine complémentaire” poursuit Agnès Addey.

Trouver un sens à sa vie

L’olfactothérapie peut aussi être utilisée quand tout va bien, pour développer des ressources intérieures comme la créativité, sa libido, la confiance en soi : “On accompagne des personnes en reconversion professionnelle, on les aide à potentialiser leurs ressources. D’autres patients vont très bien, mais sont en quête de sens pour leur vie.” L’olfactothérapie en soulevant des questions qui interrogent notre présence sur terre, sur le but de la vie possède également une dimension spirituelle mais sans jamais tomber dans la croyance. Elle nous reconnecte à nos valeurs profondes, nous aide à mieux nous connaître pour aller vraiment mieux.

Des sites pour en savoir plus

www.aucoeurdesessentielles.com
www.olfactotherapie.com

Par : Jessica Xavier