Vous auriez parié sur une bande de personnages étranges étreignant des arbres ? Et bien, c’est raté ! Il s’agit d’une pratique thérapeutique qui permet de profiter des bienfaits de la nature, notamment ceux procurés par les feuillus. Alors effectivement, les médias décrivent souvent ce procédé par des « embrassades d’arbres ». Mais en réalité, ce n’est absolument pas nécessaire. Il suffit de se promener en forêt, pour percevoir les nombreux bienfaits physiques et psychologiques.

Au Japon, la sylvothérapie (Shinrin Yoku) existe depuis des siècles, toutefois, c’est seulement suite à des études scientifiques (dans les années 90’) qu’elle fut reconnue comme une technique de relaxation à part entière, entrant parfaitement dans la politique de médecine préventive.

Aujourd’hui, c’est même une discipline que l’on peut étudier. En Europe et aux États-Unis, la sylvothérapie compte de plus en plus d’adeptes ! Des rencontres sont organisées en forêt, pour littéralement étreindre les arbres, d’où les clichés que l’on peut retrouver un peu partout sur le web !

Les bienfaits

Les avantages sont nombreux. La sylvothérapie abaisse la pression artérielle ainsi que la glycémie, ce qui est particulièrement intéressant pour les personnes souffrant de diabète. Elle renforce le système immunitaire et réduit également le stress (qui, nous le savons aujourd’hui, est l’ennemi de la santé).

Les personnes souffrant d’épuisement ou de dépression constatent une amélioration considérable de leur santé mentale. L’état d’esprit est apaisé et la capacité d’ancrage dans le moment présent est renforcée, ce qui produit une sensation de bien-être.

Pourquoi s’y mettre ?

La réponse est simple : prendre soin de sa santé ! Pourtant, bien qu’à la portée de tous, trop peu s’offrent ce privilège. En effet, une fois dans l’engrenage de la vie, on en oublie de ralentir et de respirer ; on combine travail, vie sociale, famille, loisirs et le temps finit par manquer.

Lorsque le stress vous envahit, votre système nerveux produit de l’adrénaline, du cortisol et augmente l’acidité dans les articulations, ce qui, chroniquement, est mauvais pour le corps.

En forêt, votre simple respiration vous permet de percevoir certaines odeurs et molécules. De ce fait, les nerfs de votre corps envoient des signaux à l’hypothalamus (partie centrale du cerveau), stimulant ainsi une production de dopamine et d’endorphines. Résultat : au lieu d’être soumis au cortisol et à l’adrénaline, provenant des glandes surrénales, le cerveau prend le relais et produit ce que l’on appelle des “hormones heureuses”. Le stress s’envole pour laisser place au bien-être intérieur.

Pour mieux comprendre, il faut savoir que les arbres émettent de nombreuses substances ; notamment des molécules volatiles, produites pour se protéger des bactéries et attirer les insectes pollinisateurs. Lorsque le soleil se lève, les feuillages s’ouvrent et libèrent des phytoncides et des terpènes dans l’air. Nous les absorbons via les pores de notre peau, ainsi que le long du tractus olfactif (lorsque nous inspirons). Ces messagers chimiques atteignent directement les récepteurs de notre système nerveux central, comme précédemment expliqué.

Exercices

Arrêtez-vous un instant, pour stimuler vos sens. Toucher l’écorce et la mousse, marcher pieds nus, écouter les sons, remarquer les odeurs ou examiner de plus près les arbres. L’idée est de se concentrer sur des caractéristiques précises de la forêt, et ainsi les milles pensées du quotidien s’effacent peu à peu, laissant place à la quiétude. Outre vos sens, il existe une grande variété d’activités créatives que vous pouvez faire, seul(e) ou avec un guide, pour vous apaiser.

Le saviez-vous ?

Saviez-vous qu’il existe deux formes de sylvothérapie ?  En effet, on parle de « douche » et de « cure ». La douche consiste à se balader deux heures en forêt, tandis que la cure est une immersion sur tout un week-end, par exemple.
Saviez-vous que marcher pieds nus en forêt est très bon pour vous ? Cela permet d’être en contact avec la Mycobacterium Vaccae, une bactérie récemment découverte dans le sol. Cette bactérie active le cerveau et produit de la sérotonine, une hormone impliquée dans la régulation de l’humeur, de la libido, du comportement social et du sommeil. Cela produit également de la dopamine, ce fameux neurotransmetteur qui procure une sensation de bonheur et de satisfaction !

Saviez-vous que les arbres sont des êtres sociaux ? Aussi étrange que cela puisse paraître, certains arbres communiquent entre eux, via leurs racines, pour s’échanger des molécules.

Saviez-vous que la sylvothérapie était déjà populaire au 19e siècle ? Se rebellant contre la société consumériste du XIXe siècle, l’écrivain américain Henry David Thoreau s’est enfui vivre en pleine forêt. Il en a tiré entre autres le joli ouvrage Walden ou la Vie dans les Bois

Par : Marie Laval
Illustration : Sandy Dauneau